Envie de participer ?

Stop ou encore ? La décision de la Fédération française de rugby était attendue avec impatience par les clubs. Désormais fixés, ils peuvent maintenant se pencher sur la préparation de la saison à venir.

SAISON TERMINEE POUR LES AMATEURS : réaction des clubs francs-comtois

a FFR a pris le temps de mûrir sa décision, consultant ligues et clubs afin d’imaginer une autre fin de saison que celle habituelle. Ce vendredi, le bureau fédéral de la FFR a décidé de «  l’arrêt des compétitions de rugby amateur dans leur format officiel ». Une décision qui n’a surpris personne, les championnats étant à l’arrêt depuis octobre. Bien sûr, certains crieront au scandale puisqu’ils étaient en tête de leur championnat.

«  Aujourd’hui quel club peut affirmer qu’il allait monter alors que cinq à six matchs seulement ont été joués ? », se demande Baptiste Clément, entraîneur et responsable technique du CA Pontarlier avant d’ajouter. «  Que des clubs soient déçus, on peut le comprendre, mais tout le monde est dans la même situation, il n’y a pas de club avantagé. Cette décision d’arrêter les championnats on s’en doutait tous. Certes, ça embête tout le monde, mais y avait-il d’autre choix ? »

Pas de montées, pas de descentes

Dans son communiqué, la FFR explique également que les montées et les descentes sont figées. Autrement dit, la saison prochaine toutes les équipes évoluant des championnats territoriaux à la Fédérale 2 cette saison, resteront au même niveau. «  On repart de zéro la saison prochaine Il faut accepter ça et puis tant pis », explique de son côté Thomas Maréchal l’entraîneur du RC Vesoul qui espère toutefois «  que l’ordre des matchs sera changé pour la saison à venir qu’on ne joue pas encore les mêmes équipes au même moment de la saison.

De plus, puisque les pros jouent et qu’il y aura des montées et des descentes chez les pros, j’espère que les décisions vont se prendre des pros jusqu’aux amateurs, et non dans l’autre sens. » Autrement dit, gageons que la fédé ne fera pas descendre les derniers de Fédérale 1 en Fédérale 2, ce qui provoquerait des changements aux autres niveaux amateurs. «  dans ce cadre, un réaménagement de la F1 semble obligatoire ».

«  On va enfin pouvoir travailler sur l’avenir »

Une décision a donc été prise, et finalement elle semble soulager le monde du rugby amateur qui peut à nouveau se projeter. «  On s’en doutait et maintenant on sait où on en est. Tout le monde est sur le même pied d’égalité et désormais chacun va pouvoir se remettre à avancer, à préparer l’avenir », commente de son côté Jean-Jacques Abbamonte, le manager général de l’EMBAR.

Un avis partagé par Gaultier Dodet, responsable et entraîneur des féminines de BDA (Besançon-Dole-Auxonne) et coordinateur sportif de l’école de rugby de l’OB. «  C’est une décision logique, ça n’aurait pas été viable de reprendre une saison comme ça. Beaucoup de joueuses et joueurs ont décroché et concrètement il faut plus de trois semaines de préparation pour refaire un effectif complet. Là, on va enfin pouvoir travailler sur l’avenir. Jusqu’à maintenant, on attendait, on s’en doutait mais il restait tout de même un doute. La réponse est tombée, tout le monde va préparer l’avenir ».

D’ici septembre, date de reprise hypothétique du rugby amateur pour la saison 2021-2022, les clubs seront toutefois tous attentifs aux décisions des uns et des autres qui, par nécessité financière, pourraient vouloir fusionner, ou vouloir descendre… Et surtout ils garderont tous un œil sur les arbitrages fédéraux qui seront pris concernant les obligations faites aux clubs par la FFR. Des éléments qui pourraient déboucher sur des montées pour certains. A suivre…


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.